Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19.10.2020

Et la gagnante est...

...Marine !

jeu

Bravo à elle !

Et merci aux autres participants... Ce sera pour une autre fois ! Je vais refaire ce genre de petit jeu régulièrement, promis !

16:29 Publié dans Ligne 9 (Station Bonne Nouvelle) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeu | |  Facebook | | | Pin it!

14.10.2020

Deux exemplaires à cueillir !

Aujourd'hui, je vous offre deux exemplaires dédicacés du très bel album La Petite Fille qui cueillait des histoires de l'autrice-illustratrice coréenne Soojung Myung. Moi, j'ai écrit la version française du texte.

 

jeu,la petite fille qui cueillait des histoires,traduction

 

Dans mon article précédent, je raconte cette aventure, digne d'une véritable enquête littéraire. Pour jouer, il faut répondre à cette question : par quelles deux autres langues ai-je dû passer pour traduire ce livre du coréen vers le français ?

 

jeu,la petite fille qui cueillait des histoires,traduction

 

Quand vous aurez la réponse, postez-la en commentaire d'ici dimanche midi. Je procèderai ensuite à un tirage au sort entre toutes les bonnes réponses. Vous pouvez jouer deux fois : ici et sur Facebook.

 

À vous de jouer !

jeu,la petite fille qui cueillait des histoires,traduction

행운을 빕니다 ! Bonne chance !

13.10.2020

La Petite Fille qui cueillait des histoires...

...m'a fait vivre une palpitante aventure littéraire !

La Petite Fille.jpg

Il faut absolument que je vous la raconte !

LPF 12.jpg

Mais d'abord, jetez un œil ci-dessous.

LPF 20.jpg

Êtes-vous surpris de me voir devenue « traductrice » ?

Je veux dire... d'un texte original en coréen !

Oui ?

LPF 14.jpg

Bon.

Alors d'accord, je vous dis tout.

Voilà comment cette aventure a commencé...

LPF 19.jpg

Il était une fois deux éditrices tombées sous le charme d'un splendide album, tout fraîchement paru en Corée. Elles acquirent le droit de l'éditer en France et se mirent en quête d'une traduction - non pas à partir du texte original, mais d'une version anglaise fournie par l'éditeur coréen.

Le texte en question est très court : quelques lignes à peine sur chaque double-page. (Et encore, certaines d'entre elles sont muettes.) Un travail facile et rapide à faire, pensez-vous peut-être... Eh bien non. C'est même tout le contraire !

S'il y a si peu de texte, c'est que les images parlent aussi. Beaucoup. Que les deux se répondent, jouent ensemble par association d'idées, clins d'œil et sous-entendus subtils. Soojung Myung parvient à dire, avec peu de mots mais une grande finesse, l'émerveillement fondateur que procure à un enfant l'exploration du monde à la fois par la culture et par la nature. Bref, ce livre est magnifiquement poétique... Or traduire de la poésie n'est pas simple.

LPF 01.jpg

Par un jour de confinement ordinaire et fort ensoleillé, les éditrices qui avaient cueilli ce trésor m'envoyèrent les images et le texte en anglais, puis m'appelèrent pour savoir ce que j'en pensais. J'étais évidemment tombée sous le charme à mon tour...

Comment ne pas aimer ces illustrations délicates, pleines de petits détails charmants, souvent amusants ? Et puis ce rouge... Si vous connaissez mes propres images, vous savez que celles-ci étaient faites pour me plaire ! J'acceptais donc la mission avec enthousiasme.

LPF 11.jpg

J'avais tout en mains : les illustrations, la version anglaise du texte et la liste des 24 titres de contes du monde entier cités dans les images. Le titre me plongea dans une grande perplexité : The skirt that spreads to the end - littéralement La jupe qui s'étend jusqu'au bout du monde. Il me semblait totalement incongru en français...

C'est pourquoi, avant même de traduire le premier mot, j'essayai de saisir le sens profond du livre. À me plonger dedans, j'avais l'intuition que, sous ses airs de jolie balade onirique au milieu des fleurs et des histoires, se cachait autre chose encore... Quelque chose que le texte en anglais ne me permettait pas d'appréhender.

Je commençai donc par tenter d'identifier clairement les deux contes évoqués dans chaque illustration. Leur choix par l'autrice était sans doute la clé du projet. Mais là, les ennuis commencèrent ! Car si certaines références paraissent évidentes - Mulan, Alice aux Pays des Merveilles ou Harry Potter - d'autres m'étaient totalement inconnues. De plus, la liste en anglais fournie par l'éditeur coréen comportait de nombreuses approximations : par exemple, un conte islandais présenté comme irlandais. (Un autre, qualifié de grec, se révéla plus tard être maltais...)

Je fis bien sûr de très nombreuses recherches sur Internet (en sous-traitant l'une d'elle à ma tante hellénophone ayant longtemps vécu à Thessalonique, où elle compte une multitude d'amis toujours prêts à l'aider ♥) dans l'espoir de trouver des versions françaises de chacun de ces contes... en vain. Beaucoup ne sont traduits ni dans notre langue, ni en anglais. Mais alors, comment comprendre le choix de l'autrice - et donc le sens profond de son livre - sans avoir lu ce à quoi elle fait constamment référence ? J'étais bien embêtée.

LPF 24.jpg

Les éditrices recontactèrent alors leur homologue coréen, qui leur indiqua la source quasi unique à laquelle Soojung Myung était allée puiser ses références. Il s'agissait d'un petit livre... allemand ! Paru en 1995, signé de l'autrice-illustratrice Helga Gebert, celui-ci s'intitule Woher und Wohin ? Märchen des Frauen - en français, D'où vient-on, où va-t-on ? Contes de Femme. Ô joie ! Non seulement j'allais pouvoir identifier clairement ces fameux contes, mais j'avais enfin le premier indice espéré sur les intentions de l'autrice coréenne... Ni une ni deux, les éditrices - telles de bonnes fées - trouvèrent, commandèrent et me firent livrer le recueil à domicile.

En attendant son arrivée, j'entrepris des recherches sur Soojung Myung, directement en coréen - merci Google ! Je finis par dénicher, sur le site de son éditeur, un petit texte qu'elle avait rédigé afin d'expliquer sa démarche. Et là, tout s'éclaira ! (Il faut juste, pour bien comprendre ses propos, avoir en tête qu'en Corée, pays où les écoliers portent des uniformes, toutes les filles sont en jupe.)

 

« Est-ce que cette jupe s'étend jusqu'au bout du ciel ? »

Mon neveu de cinq ans m'a demandé de mettre une jupe.
Ce livre est né de cet instant, de la beauté de mon neveu en jupe. (...)

Dans la longue histoire de l'humanité, les positions données aux femmes et aux hommes n'ont jamais été égales. Les chances ne sont pas données de la même manière, et la valeur non plus. C'est une réalité partout présente dans les livres et les films que les enfants lisent et regardent.

C'est pourquoi j'ai cherché et rassemblé des histoires de chaque continent, potentiellement utiles à une fille qui veut que sa jupe (NDLT : sa condition féminine) la fasse grandir et les ai brodées dans les larges jupes - allégoriques - de ce livre. J'espère que ces contes permettront aux filles d'élargir leurs jupes et aux garçons d'avoir une perspective plus correcte des femmes, afin qu'ils réalisent leurs rêves ensemble.

Évidemment, le monde change peu à peu et, à la fin, je pense qu'un jour viendra où toutes les filles et tous les garçons aborderont la vie de la même manière, étendant courageusement leurs jupes à leur guise.

Nous espérons que ce livre aidera ce jour-là à venir.

 

Ainsi, mon intuition était bonne : cet album, en plus d'être splendide et poétique, se révélait profondément féministe. La suite du travail devint alors beaucoup plus facile... bien qu'assez long, tout de même, puisqu'il me fallut d'abord traduire de l'allemand vers le français - sommairement, pour comprendre en quoi ils intéressaient Soojung Myung et son projet - chacun des contes puisés chez Helga Gebert !

Ensuite « l'interprétation » de ce texte dans ma propre langue fut un réel bonheur. (Comme le furent mes deux précédents travaux de réécriture - Brille encore Soleil d'or et Croc croc la Carotte - pour les éditions HongFei Cultures, à partir des images et d'une traduction "basique" des textes chinois.) Portée par la grâce des images, la chanson des mots s'écrivit avec légèreté.

 

Bref, je suis devenue traductrice.

(Et ce n'est pas fini... nouvelle surprise en novembre !)

LPF 26.jpg

04.10.2020

Nous voulons lire... « Les Dessins de Claire » !

Les dessins de Claire.jpg« Oyez oyez, jeunes oreilles ! »

Je suis heureuse de partager ici la merveilleuse critique de notre album, parue dans le tout dernier numéro (225) de Nous Voulons Lire ! accompagnée d'un coup de cœur de la revue.

 

On se réjouissait de retrouver le tandem apprécié de La Grande Vague, Véronique Massenot et Bruno Pilorget, on n’est pas déçu, l’album est superbe, pourtant le sujet était une gageüre car l’œuvre tremplin de la fiction qui est le principe de cette collection, ce sont des vitraux, ceux de la cathédrale de Chartres.

Véronique Massenot a créé l’histoire de Claire, passionnée de dessin, dans le contexte historique de la construction de la cathédrale de Chartres (XIIIe siècle). Quand se profile une possible embauche pour des vitraux, un garçon s’est approprié ses dessins mais elle se défend et le verrier met les 2 jeunes à l’épreuve : on rend ainsi justice à l’héroïne, le récit a une dimension féministe et rappelle qu’au Moyen Age, contrairement à bien des clichés, les femmes étaient plus autonomes. Bruno Pilorget a admirablement relevé le gant, c’est lui qui plonge l’album dans le contexte médiéval avec ses dessins lourdement soulignés et enchâssés dans des compositions complexes qui rappellent les vitraux. Il rend hommage aussi à tous les artisans qui firent ces grandioses cathédrales. L’ensemble est une réussite.

Claudine Charamnac Stupar

 

Trop fière ! Merci pour cette très belle lecture : qu'il est doux de voir son travail reconnu et si bien compris !