Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21.09.2006

Afiyet Olsun !

medium_yellowcabs.jpg

 

Chose promise... Première escale, Istanbul ! C'est un souvenir délicieux. Et déjà, au départ, une histoire de correspondance.-

Lorsque j'étais au collège, mon professeur d'histoire me proposa de correspondre avec une jeune fille turque de mon âge, qui apprenait notre langue... et souhaitait s'en servir - si possible en se faisant des amies. Curieuse, j'acceptais volontiers !
L'été de l'année suivante, Elif vint en France pour plusieurs semaines. Mes parents l'accueillirent à la maison. Je partageai ma chambre (et de longues discussions nocturnes) avec elle.
Bien sûr, à la rentrée, notre correspondance reprit : elle s'était enrichie de souvenirs communs et de photographies. Mais, le temps passant, il faut bien avouer qu'elle s'essouffla un peu...
Je revis Elif une fois, deux années plus tard à Paris, presque par hasard. Puis nous nous perdîmes de vue - et de stylo - pour de bon.
-
La suite de l'histoire passe, dix ans après notre premier échange épistolaire, par un voyage à Prague... annulé au dernier moment. Cellule de crise. Mon chéri et moi décidons, comme ça, sur un coup de tête, de partir à la place pour Istanbul. Bien sûr, le caractère précipité de ce départ ne m'avait pas permis de reprendre contact avec Elif. Mais l'idée d'être là, dans sa ville, sans tenter de lui faire signe, me parut impossible. Je me souvenais de son nom et, plus ou moins phonétiquement, de l'adresse de ses parents. À la poste centrale, je consultai l'annuaire et trouvai le numéro de téléphone familial.
Hélas, je ne parle pas turc. En composant le numéro sur l'appareil de l'hôtel, j'appréhendais la conversation à venir. Comment me présenter ? Ses parents se souviendraient-ils de moi ?
Deux sonneries plus tard, Sevim, sa maman, me répondait dans un français parfait : "Véronique ? La correspondante française d'Elif ? Mais oui, bien sûr ! Je me souviens très bien de toi ! Tu es à Istanbul ? Il faut absolument venir dîner à la maison !"
-
Et voilà comment, par un joli soir de printemps, mon chéri et moi avons découvert la saveur de la gastronomie turque : en compagnie d'Elif, à la table de ses parents - et quelle table ! J'ignorais jusqu'alors que Sevim était une vraie spécialiste, qui écrivait des articles dans la presse et donnait des cours !
Aujourd'hui, je vous invite à partager cette découverte. Car Sevim a un site, où elle a répertorié de nombreuses recettes. (De mémoire, je vous conseille la soupe de lentilles corail, toutes les préparations de böreks et le très surprenant dessert au... blanc de poulet.) Mais surtout parce que Sevim sera en France pour nous faire goûter sa cuisine, du 30 septembre au 15 octobre prochains, au festival annuel de l'Impérial Palace d'Annecy !
-
Afiyet Olsun ! (Bon appétit !)

08:00 Publié dans En vrac dans mon sac | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage, turquie, cuisine, correspondance, amitié | |  Facebook | | | Pin it!

Commentaires

Merci pour cette petite escapade.

Écrit par : Ambre | 21.09.2006

Une précision : d'où est prise la photo qui illustre cet article ?
Merci !
Et... tesekkür ederim ! (Il faudrait, en fait, une cédille sous le -s- !)
Outis

Écrit par : Outis | 22.09.2006

Ah oui, j'ai trouvé : c'est à Emonönü ; on voit au loin la mosquée de Soliman (le Magnifique...) et la Yeni Cami (ou mosquée neuve), près du Misir Carsi (cédilles au -c- & au -s-...), le Bazar égyptien....
Efkharisto!
Outis

Écrit par : Outis | 22.09.2006

Merci Ambre ! Et merci Outis pour toutes ces précisions. C'est bien là, non loin des quais je crois, que j'ai pris cette photo - en 1994. C'était un soir, entre chien et loup... et je voulais garder une image de ces "yellow cabs" qui faisaient de la concurrence à d'autres, croisés quelques années plus tôt dans les rues de New York !
VM

Écrit par : Véronique Massenot | 25.09.2006

Les commentaires sont fermés.