Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18.06.2020

« Oyez oyez, jeunes oreilles ! »

Voici comment commence l'histoire de Claire, jeune fille muette qui s'exprime autrement...

Couv Claire.jpg

Ce bel album - le 10ème que j'écris pour la collection Pont des Arts et inspiré, cette fois-ci, par les vitraux de la cathédrale de Chartres - sort aujourd'hui en librairie ! Je suis très fière de ce livre, qui me tient particulièrement à cœur, pour de nombreuses raisons.
 
D'abord, parce qu'il emmène le lecteur au XIIIème siècle, dans ce Moyen-Âge si vivant des villes en plein essor. Mal connue voire méprisée, cette époque est pourtant pleine d'enseignements - notamment concernant la place des femmes dans la société... Vous me connaissez, j'adore combattre les idées reçues : voici le « mot de l'autrice » publié en dernière page, dans la partie documentaire de l'album...

Je porte cet album depuis longtemps. Étudiante à la Sorbonne, je suivais les cours de deux professeurs passionnants : Robert Fossier (médiéviste) et Françoise Perrot (historienne du vitrail). Le premier m'a révélé notre grande ignorance de la période médiévale. Teintée de mépris – cf. l'adjectif « moyenâgeux » – celle-ci est abondamment entretenue par les œuvres de fiction populaires, au cinéma notamment. La seconde m'a transmis son émerveillement pour « L'art de lumière ». En 1979, elle ouvre le « Centre International du Vitrail » au public. À Chartres, près de la Cathédrale : courrez-y !

Les préjugés sur le Moyen-Âge ne manquent pas, mais il m'a semblé intéressant de m'attaquer à celui qui concerne la place des femmes dans la société médiévale. Contrairement aux idées reçues, du XIème au XIVème siècle, les femmes n'ont cessé de gagner des droits, perdus ensuite. Oui, elles apprenaient, exerçaient, dirigeaient nombre de métiers et d'affaires. C'est à la « Renaissance » - terme témoignant d'une lecture bien masculine de l'histoire... - que les choses commenceront de se gâter pour elles, et pour longtemps.

 
Et puis, plus de 10 ans après La Grande Vague, ma plume retrouve les pinceaux de Bruno Pilorget. Son trait, ses couleurs, sa liberté, son audace... tout cela fait un livre SPLENDIDE. (En toute objectivité, bien sûr !) Mais, allez en feuilleter quelques pages ici et vous verrez !
 
*

13:50 Publié dans Ligne 9 (Station Bonne Nouvelle) | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pont des arts, vitrail, moyen-Âge, art, artisans | |  Facebook | | | Pin it!